RSS

Spider-man Shattered Dimensions

June 14

Bonjour à tous. Ça faisait longtemps que je n’avais pas posté de messages (comme vous pouvez le constater avec les dates de publications). J’ai même joué à des jeux que je n’ai pas commenté, comme par exemple : Red Dead Redemption, Alain Wake et Final Fantasy XIII. Je reprends donc mon courage (et mon clavier) à deux mains et je recommence à écrire.

J’ai “récemment” fait l’acquisition de Spider-man Shattered Dimensions. J’avais hâte d’essayer ce jeu pour trois raisons :

  1. J’aime bien le super-héro Spider-man
  2. C’est un jeu qui a été développé au Québec, à Québec (par le studio Beenox)
  3. La pochette était intrigante et je voulais en savoir plus sur les autres Spider-man qui s’y trouvaient (outres l’Ultimate et l’Amazing)

Vous commencé le jeu et vous voyez que la tablette de l’ordre et du chaos a été brisée et qu’elle est éparpillée dans quatre dimensions parallèles (celle de Spider-man 2099, Amazing Spider-man, Spider-man noir et Ultimate Spider-man). Le but étant que les Spider-men retrouvent les fragments de tablette pour rétablir l’ordre. Les Spider-men seront aidés par la mystérieuse Madame Web qui vous donnera des conseils, trucs, et autres durant les tableaux.

Chaque tableau (au nombre de treize plus un tutoriel) se passe complètement dans une dimension donné. Ils sont thématique à un ennemi bien connu dans l’univers de Spider-man. Vous combattrez donc Kraven en tant que Amazing Spider-man, Hobgoblin en tant que Spider-man 2099, le Vautour en tant que Spider-man noir, etc.).

Chaque Spider-man possède des caractéristiques qui lui sont propres. Pour le Spider-man 2099, vous pouvez ralentir le temps avec la vision accélérée. Avec Ultimate Spider-man, vous pouvez déclencher un mode “furie” rendant Spider-man très bestial avec ses tentacules lui sortant du costume. Avec le Spider-man noir, vous devrez vous taire dans l’ombre pour ne pas être repéré. Et avec l’Amazing Spider-man… et bien… c’est l’Amazing Spider-man.

Ce jeu est essentiellement un jeu de combat à la troisième personne. Vous commencerez donc avec une liste de coups que vous pourrez agrémenter en vous achetant de nouveaux pouvoirs. Parfois, la caméra passera à la première personne pour un combat à la “Punch Out” de Nintendo. Ça intrigue au début, et puis on comprend que ça ne sert à pas grand chose par la suite outre que de finir un boss déjà à terre. Les combos ont le mérite d’être faciles à exécuter.

Chaque dimension (trois sur quatre du moins car celles de Amazing Spider-man et Ultimate Spider-man se ressemblent étrangement) propose un atmosphère unique. Les graphismes ont été réalisés en cell-shading d’un bout à l’autre, probablement pour nous faire croire que l’action se déroule dans une bande dessinée. Certains aiment le cell-shading, d’autres moins… et je suis de la deuxième catégorie (commentaire totalement gratuit). Par contre, j’avoue avoir été impressionné par l’univers du Spider-man noir où même la musique de cabaret des années trente s’intègre à la perfection.

Jusque là, le jeu s’en sort plutôt bien. Les mouvements et les combos du personnage sont fluides et faciles à exécutés. Mais Spider-man ne fait pas que marché : il saute de toile en toile et grimpe aux murs. C’est là que le bas blesse. Les contrôles lorsque vous vous accrochez au mur sont tout simplement atroce. La caméra ne sait jamais où se positionner et vous ne savez jamais dans quelle direction aller si vous voulez monter au plafond ou vous dirigez vers le bas. Même chose lorsque vous vous balancez au bout d’une toile, il est difficile de vous diriger et attérir à l’endroit exacte où vous voulez. Ça devient pénible lorsque vous jouez dans la dimension noire car dans cette dimension, vous ne devez pas simplement taper tout ce qui bouge, mais bien de rester cacher dans l’ombre sur les murs et vous déplacer furtivement de toile en toile. Disons simplement que j’ai sacré quelques fois dans ces tableaux.

Plus à venir

Je n’aime pas ça
J’aime bien ça
 

Posted by on June 14, 2011 in Jeux vidéo

Leave a comment

Comments are closed.

2f819667179fa1bf86b7aefc6d2750e7%%