RSS

Assassin’s Creed Brotherhood

November 17

Ça y est, j’ai mis la main sur la très attendue suite de Assassin’s Creed 2, et j’ai nommé Assassin’s Creed: Brotherhood. Mes huit mois d’attente sont enfin terminés.

Après deux heures de jeux, je peux déjà dire que Assassin’s Creed: Brotherhood (AC:B) est une sequel plutôt qu’un nouveau jeu. C’est la suite directe de AC2. Tellement directe que nous voyons même des extraits de la très décevante fin du 2e opus au début de Brotherhood. Vous commencez donc le jeu en Italie, à Rome pour être plus précis et dans la chapelle Sixtine pour être encore plus précis, juste à côté de la dépouille du pape Borgia (oups… je l’ai dit, n’en déplaise à ceux qui n’ont pas fini AC2). Ezio retourne donc chez lui (à la villa Monteriggioni) pensant que tout est terminé mais ce n’est pas le cas. La villa se fait attaquée, Ezio se fait blesser et tente de s’enfuir pour Rome. Telles sont les prémisses du jeu.

Ce qui me fait croire que le jeu est une sequel est que les graphiques n’ont pas changés. À part tonton Mario et Mama Maria qui ont prient un coups de vieux, le reste est identique. La villa, Ezio, Nicolas Machiavel et Caterina Sforza n’ont pas changé du tout. Je crois même que leur description respective contenue dans la base de données de l’animus a été copiée/collée. Aussi (il faudrait que je vérifie par contre) lorsque j’ai fini le 2e jeu, Ezio était habillé exactement de la même façon qu’au début de AC:B ainsi que la somme d’argent que j’avais en bourse… Ça serait vraiment fort qu’Ubisoft ait pensé de partir de la dernière sauvegarde du jeu précédent.

Première nouveauté “flagrante”, vous pouvez vous promener à cheval dans les ville. “Flagrante” par le fait que ce n’est pas clairement expliqué dans le jeu. Lors de votre retour à la villa au tout début du jeu, vous trottez aux côtés de Mario. À un moment donné (toujours sur son cheval), il s’arrête devant la porte de la villa sans rien dire de plus. Une chance que j’avais lu quelque part que c’était possible sinon je serais encore en train d’attendre je crois.

2e nouveauté, vous pourrez jouer du canon. Pendant la bataille de la villa, vous tirerez des boulets pour détruire l’ennemi. Cette séquence est malheureusement très courte. J’espère que les développeurs auront poussé l’idée un peu plus loin que ca.

3e nouveauté, l’animus contient maintenant une centre d’entraînement virtuel. Plus vous vous entrainez, plus votre taux de synchronisation sera fort si j’ai bien compris l’explication. Parlant du taux de synchronisation, pour qu’il soit au maximum vous devez accomplir vos tâches d’une certaine façon (toujours d’écrite lorsque vous regarder le résumé de votre mission).

J’ai essayé la première mission (qui se passe à Rome). Plusieurs nouveaux petits concepts ont été ajouté au jeu. À la place de revamper la villa comme dans le jeu précédent, il semble qu’il faille maintenant revamper les cartiers de Rome !! Ceci ne pouvant être fait si le cartier en question est encore sous l’emprise d’une tour Borgia. Là encore, les tours Borgia sont un concept que je n’ai pas tout à fait compris encore.

Voilà pour l’instant, je vous reviens un peu plus tard avec plus de détails.

7 jours plus tard …

Rebonjour à tous. Ca fait maintenant 7 jours que je joue à AC:B. Je viens de finir la 3e séquence.

Je trouve que les missions sont très courtes. Vous les réaliserez en quelques minutes (moins de 15) seulement. Je me suis surpris à aimer plus les missions secondaires que les missions principales. J’espère qu’elle auront plus de vigueur un peu plus tard dans le jeu.

Donc, après 3 séquences, je suis presque toujours au même niveau d’énergie qu’au début du jeu. Ce niveau d’énergie peut être élevé en vous procurant de nouvelles armures chez les forgerons. Pour une raison que j’ignore, les forgerons n’offrent rien de nouveau !! Même chose pour les armes. Vous devez terminer la “quête marchande” (aucune idée comment faire) pour vous procurer une arme qui soit digne de vous rendre fier lorsque vous la montrez en public. Par contre, tout comme dans le jeu précédent, j’utilise uniquement les ripostes mortelles pour vaincre l’ennemi, ce qui ne demande pas une grosses mailloches de 5 pieds de long. C’est probablement dû au fait que ca fait déjà un moment que je joue (à cause des missions secondaires) que j’ai l’impression que je devrais être rendu plus loin dans l’inventaire du jeu…

Assassin's Creed Brotherhood - tour Borgia

Concernant les rénovations, vous devez bien rénover les différents cartiers de Rome. Par “rénover les cartiers”, je veux dire rénover quelques boutiques ici et là. Vous pouvez rénover des pharmacies, des ferronneries, des échoppes, des banques, des écuries, des maisons de factions, des entrées de tunnel, des monuments historiques, etc. Rénover ces bâtisses/monuments vous procure des revenus à tous les 20 minutes de jeu. Plus vous en rénoverez, plus elles vous rapporterons. Par contre, comme mentionné plus haut, vous ne pourrez pas rénover ces bâtisses tant qu’elles seront sous l’influence d’une tour Borgia, elle même étant sous l’influence d’un capitaine de garde Borgia. Donc, en toute logique, vous devez vous débarrassez du capitaine pour vous débarrassez de sa tour pour commencer à avoir du plaisir.

Les revenus accumulés ont du sens dans ce jeu comparativement au dernier. Une fois que j’avais à peu près tout rénové vers la fin de AC2, je me suis ramasser une somme de 750000f (à peu de chose près) que je ne pouvais plus dépenser faute d’un manque trucs à acheter. Dans AC:B, les rénovation d’un monument peut coûter jusqu’à 28000f. Même chose pour les armes. J’en ai vu passer une à 24000f et un tableau à 36000f. D’après moi, acheter tous les items du jeu sera un peu plus long dans AC:B que dans AC2.

Rome est gigantesque. Vous pouvez facilement parcourir au dessus de 500 mètres pour vous rendre à votre prochaine mission. C’est là que l’idée (et non la pratique) de se promener à cheval prend tout son sens. Dans la partie sud-est de Rome, tout va bien à cheval : les espaces sont vastes et larges même s’il y a beaucoup de gens sur les routes. Par contre, trotter en ville (partie nord-ouest) n’est pas une mince tâche. Les routes y étant étroites et bondées de monde, je préfère souvent me promener à pied. Fait intéressant, lorsque vous êtes écoeuré de marcher/courir, vous pouvez siffler un cheval à tout moment pour le voir arriver. Il y a aussi 18 points d’entrée de tunnel éparpillées ici et là dans la ville. Vous entrez dans un de ces points d’accès et le jeu vous demande à quel point vous voulez sortir. Ce système est beaucoup plus efficace que de ce promener à cheval. Par contre, vous aurez à rénover ces entrées pour pouvoir les utiliser.

Au cours du jeu, vous pouvez facultativement sortir de l’animus… pour ne rien faire autre que de se promener (pendant 10 minutes chronométrées maximum) dans la villa Monteriggioni d’aujourd’hui. Je ne sais même pas pourquoi je le mentionne tellement c’est inutile.

Deux derniers points avant de partir :
1 – Je ne sais pas d’où vient le “Brotherhood” dans le titre du jeu car à la fin de la 3e séquence, aucune fraternité/confrérie d’assassins ne s’est pointé le bout du nez. Serait-ce de la fausse représentation ?!?!
2 – Les parties multi-joueurs se jouent uniquement en réseau et non en local. Impossible donc de jouer contre votre pote dans votre salon en sirotant tranquillement une bière tout en vous dévisageant mutuellement lorsque l’un à le dessus sur l’autre.

Voilà, plus de détail lorsque j’aurai progressé dans le jeu.

6 jours plus tard …

Voilà, j’ai progressé un peu dans le jeu (je viens de débuter la séquence 5) et c’est à partir de ce moment qu’on s’aperçoit que le jeu est immense tant il y a de possibilités.

Gestion des assassins

Au milieu de la séquence 4, le nom “Brotherhood” prend tout son sens car vous commencez à recruter des assassins. C’est assassins pourront être appelés pour vous donner un coups de main lors de combats ou mission. Mais pour que petits assassins deviennent grands (et surtout efficaces), il faudra bien les entraîner un peu. Leur entraînement prend la forme de mission à exécuter un peu partout dans le monde. Vous ne verrez jamais ces missions. Tout ce que vous avez à faire, c’est de trouver un pigeonnier et d’attribuer lesdites missions aux apprentis. Ils deviennent donc indisponibles pour une période de temps défini (et bien spécifié) dans le cadre de leur contrat. Plus ils acquièreront de l’expérience, plus ils pourront mener à bien des missions difficiles rapportant plus d’expérience et plus d’argent.

Toujours à entre le milieu et la fin de la séquence 4, Leonardo refait surface (il était temps car je m’ennuyais grandement de ma double lame secrète). Vous ne pouvez plus accéder à son atelier car on le force a travailler pour les Borgia. Vous pourrez toutefois le rencontrer sporadiquement ici et là dans le jeu. Il vous proposera alors de vous vendre (oui oui, de vous vendre) de l’équipement. On apprend également que les Borgia l’ont forcé à créer des machines de guerre. Vous devez donc les détruire lorsque votre emploi du temps (déjà passablement chargé) vous le permet.

En ce qui concerne l’armure, vous débloquerez des pièces au fur et à mesure que l’histoire progressera. Quoique je continue à penser que ca irait beaucoup plus vite si je venais à bout des quêtes marchande.

Voilà pour l’instant. La suite un peu plus tard.

Beaucoup, beaucoup de jours plus tard…

Voilà, j’ai terminé le jeu. Tout ce que j’ai dit dans les paragraphes précédents décrivent bien l’ensemble du jeu.

J’ai beau avoir complété le jeu, je ne suis synchroniser qu’à 62% (et ce, même après avoir reconstruit Rome à 100%, avoir exécuté toutes les missions principales à 100%, avoir réalisé tous les assassinats à 100%). Il me reste encore les quêtes marchandes, de Da Vinci, de Coppernic, des courtisanes, des voleurs, des agents d’Abstergo, les trésors, les plumes, les drapeaux Borgia, les repères des Romulus, les glyphes du sujet 16… et autres.

Comme je disais, ce jeu est gigantesque (peut être même trop). Si vous voulez compléter ce jeu à 100%, vous devrez passer plus de temps sur les missions secondaires que sur l’histoire principale. Vous devrez passer du temps en mode multi-joueur aussi car certains trophées ne sont disponibles qu’en ligne (ce qui est très frustrant car l’autre jour, j’ai essayé de me connecter à une partie pendant 10 minutes et aucune réponse de personne !!!)

Voilà, bon jeu.

Je n’aime pas ça
 

Posted by on November 17, 2010 in Jeux vidéo

2 Comments

2 responses to “Assassin’s Creed Brotherhood

  1. JPLaplante

    December 10, 2010 at 13:58

    Bonjour.

    En passent j’aime bien ton site.

    Voila, je voulais savoir si les disciples peuvent mourir durant les combats ou même les missions et ainsi, être oubliger de réentrainer de nouveaux disciples.

    Merci de ta réponse
    JP-Laplante

     
    • admin

      December 14, 2010 at 15:29

      Bonjour JPLaplante, désolé pour le retard de la réponse, il est parfois difficile de distinguer les commentaires légitimes du spam.

      Bref, j’aurais tendance à croire qu’il est possible pour nos assassins en herbe de mourir. Lorsque tu les appelles pour t’aider à combattre, tu peux voir qu’ils ont des carreaux d’énergie au dessus de leur tête, tout comme ceux des ennemis. Par contre, plus ils sont entrainés, plus ils ont de ces carreaux et plus ils sont coriaces à vaincre. Jusqu’à présent, je n’ai jamais perdu une recrue.

      Si tu as d’autres questions, n’hésite pas.

      Martin

       
db7d9e1614c61dbf74c2aca87c0d6cae((((((((((((((((((